En Charente-Maritime, l'usage restreint de la trottinette en forêt divise : « Si j'avais su, j'aurais pris un vélo classique » – Sud Ouest

Itrott
Réparation trottinette électrique

« Je ne comprends pas pourquoi circuler dans les sentiers serait interdit à une trottinette et pas à un vélo. C’est aberrant. » Ce mercredi matin, à Ronce-les-Bains, la station balnéaire de La Tremblade, la colère grondait à la forêt de Coubre. À bord de son deux-roues tout-terrain, Idriss pensait profiter d’un moment de détente en forêt. Approché par les gendarmes dans le cadre d’une opération de prévention, il découvre qu’il n’a le droit de circuler que sur les pistes cyclables. Le vacancier grince des dents. « Je reviens d’une semaine en montagne…
« Je ne comprends pas pourquoi circuler dans les sentiers serait interdit à une trottinette et pas à un vélo. C’est aberrant. » Ce mercredi matin, à Ronce-les-Bains, la station balnéaire de La Tremblade, la colère grondait à la forêt de Coubre. À bord de son deux-roues tout-terrain, Idriss pensait profiter d’un moment de détente en forêt. Approché par les gendarmes dans le cadre d’une opération de prévention, il découvre qu’il n’a le droit de circuler que sur les pistes cyclables. Le vacancier grince des dents. « Je reviens d’une semaine en montagne et on a fait de la trottinette de ce type-là, sans aucune difficulté. Quand j’ai loué, on ne m’a rien expliqué sur les restrictions. Si j’avais su, j’aurais pris un vélo classique. »
Organisée par la préfecture de Charente-Maritime, en coordination avec l’Office national des forets (ONF) et la Gendarmerie nationale, l’opération s’est tenue mercredi 10 août à 9 h 30 à la forêt de la Coubre. Plus que le contrôle, l’intervention avait pour objectif la prévention et la sensibilisation à l’usage des deux-roues en forêt, notamment les trottinettes électriques. « Nous ne visons pas la répression », assure Jean-Bernard Duprat, responsable d’Unité territoriale de l’ONF. « L’idée, c’est surtout de dire que les vacances c’est un moment de détente, de loisirs et d’activités. Mais ce n’est pas l’anarchie. Il faut toujours respecter les règles », insiste Stéphane Donnot, sous-préfet de Rochefort, présent pour superviser l’action.
Pour l’occasion, une poignée de gendarme a été mobilisée. À pied ou sur leur vélo, ils étaient en place dès 9 h 30 pour le début de l’intervention. « En été, il y a une fréquentation plus importante. Mais on a la chance de pouvoir bénéficier de renforts supplémentaires en matière de gendarmerie et de réservistes, ce qui permet d’avoir une présence plus importante sur le terrain », sourit Cyrielle Sauvaire, commandant de la Compagnie de gendarmerie de Rochefort.
Si les vélos se sont succédé sur le sentier, les trottinettes, elles, ont été beaucoup moins nombreuses. Les quelques usagers qui n’ont pas échappé aux mailles du filet n’ont toutefois pas hésité à exprimer leur mécontentement. Comme Idriss, Nicolas est dans l’incompréhension. Habitué à emprunter ces chemins, il est surpris de se voir interdire l’accès aux sentiers balisés. Le problème pour lui : un manque de communication sur la réglementation en vigueur. « Il faut des panneaux pour expliquer. Si on n’est pas prévenu, bien sûr qu’il y aura des dérives. Ça doit être la troisième ou quatrième fois que j’utilise une trottinette électrique et, à chaque fois, j’emprunte ce chemin, alors que je suis à cheval sur la réglementation. Vous n’auriez pas été là, je l’aurais encore emprunté », s’énerve le vacancier. Autre ambiguïté : la restriction à ces simples deux-roues. « On peut très bien partager un sentier avec d’autres usagers. La trottinette n’est pas forcément dangereuse. Vous avez des personnes à vélo et qui n’ont pas de casque », fulmine-t-il.
Mais les textes de loi sont clairs. Classés comme véhicules motorisés, ces deux-roues n’ont le droit d’emprunter, hors agglomération, que les pistes cyclables ou les voies vertes (zone indépendante du réseau routier et réservée à la circulation des véhicules non motorisés, des piétons et des cavaliers). « Sur l’autoroute, on ne peut pas circuler à vélo et ça ne choque personne », fait remarquer Marie Bascle, vice-présidente de la Cara (Communauté d’agglomération Royan Atlantique) en charge des activités en pleine nature. Un « conflit d’usage » selon l’élue qui ne saurait, selon elle, être réglé sans l’implication des loueurs également. « On attend aussi d’eux qu’ils puissent apporter des conseils, donner des recommandations de circulation, dire à leurs clients qu’ils ne peuvent pas aller n’importe où », souligne le sous-préfet.
En effet, en saison estivale, les locations de deux-roues explosent. Il suffit de faire un tour dans les forêts et autres parcs et jardins pour constater le nombre important d’usagers, que ce soit de vélos ou de trottinettes. Mais face à cette recrudescence, la sensibilisation ne suit pas toujours.

source

Nous vous proposons de l'information

Xtremwebsite réalisation de site web avec ou sans engagement.

 

Articles récents

Suivez-nous

Vous voulez plus d'infos

Indiquer votre email 

Tout d’abord la page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible.
Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 07 81 19 33 22. Cependant en aucun cas Xtremwebsite ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite cout site internet création site internet  site internet pour avocat  création site vitrine {service} à {ville(Ville)}< /span>